dimanche 17 janvier 2016

Un pas après l'autre

J'aime avoir des projets... J'en ai toujours quatre à la douzaine en cours: perdre 20kg, écrire un livre, être titularisée, faire la parisienne...

Il y a quelques années, lorsque je démarrais un projet, je visais le but. Je me donnais quelques jours,  quelques semaines, quelques mois, puis j'abandonnais parce que je n'avais pas passé la ligne d'arrivée. C'est ainsi que mes ambitions de comédie fut avortées aux premiers castings loupés. En 2 ans, comme je n'avais rien décroché à part de la figuration au cinéma et au théâtre, je me suis dis que ça ne marcherait jamais.... Quand tu penses que de Funès ou Catherine Jacob ont explosés à plus de 40 ans, qu'Audrey Fleurot a eu ses premiers grands rôles à trente ans passés, et qu' Elodie Bouchez a disparu des radars, une fois 25 ans fêtés...

Mais j'ai pris de la maturité, j'ai réalisé des projets: j'ai fait des études, je suis devenue éduc, puis prof. Et j'ai soudainement compris quelque chose: rien ne sert de viser l'arrivée, si tu n'as pas repérer les stands. Dans une course, même dans la meilleure des courses il y a les ralentissements, les obstacles, des difficultés, des crampes et parfois il faut accepter de s'arrêter pour mieux repartir.

Lorsque j'ai un objectif, je marque les étapes. Cette année, mon objectif principal est d'être validée.  Pendant que mes camarades pensent déjà aux postes qu'ils vont demander, à "et comment ça se passe après", pendant que mes collègues me disent "mais comment tu vas faire sans permis?", je ne pense qu'à une chose: ma prochaine visite. La seule chose qui compte c'est demain: être au top avec mes CP pour que ma MF me dise que "ça va",  et qu'il n'y a que des "petites choses " à travailler.

Mon leitmotiv est "un pas après l'autre". Comme pour la course, chaque pas compte, chaque foulée est importante, il faut avoir conscience de chaque minute qui te rapproche de ton objectif. Ce n'est pas la ligne d'arrivée qu'il faut regarder. La ligne d'arrivée c'est ce qu'il faut viser. Ce qu'il faut regarder ce sont les cailloux, l'essoufflement, les crampes qui pourraient vous ralentir.

Chaque étape passée, chaque petite victoire qui vous rapproche de l'arrivée est une bataille de gagnée. Et quand je les aurais toutes gagnée ces batailles, que la victoire sera mienne, alors, à ce moment là, je pourrais regarder derrière moi pour observer chaque marche qui m'a permise d'être là où je suis, et  construire ma victoire et ma fierté.





« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » 

Winston Churchill

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire