lundi 25 janvier 2016

Le jour où tu ne seras plus là...

Mon amour,
 
Je ne t'appelle jamais comme ça, mais tu ne veux pas que je diffuse ton nom sur le net, alors allons y... Je crois que je ne t'ai jamais écris de lettre ici. Mais cette semaine ça fera 9 ans que tu es dans ma vie et je dois dire que j'aime bien l'idée.... Et pour te dire la vérité, je regardais l'enterrement du mari de Céline Dion et je fus saisi d'effroi. Je me suis dit "Et le jour où ce sera moi...". Et même si je n'en doutais pas, j'ai compris combien je t'aimais.
 
J'ai peur tu sais, j'ai peur de te perdre. J'ai peur de ne plus à avoir à râler parce que tu ne ranges pas le linge une fois que tu la retiré du séchoir, j'ai peur de ne plus souffler quand tu passes le balai et que tu ne ramasses pas avec la pelle, j'ai peur de ne plus m'épuiser quand tu organises ton week-end avec ton père et que j'ai prévu autre chose....
 
Avec qui pourrais-je avoir des disputes aussi extraordinaires qui se terminent en grand éclat de rire? Qui se réveillera au milieu de la nuit pour me rassurer sur l'angoisse du lendemain? Et qui, pour combler sa mauvaise foi, me fera passer pour celle qui a tord auprès de ses copains? qui me dira OK, quand je lui dirai "Il y a la grève des trains, je reste dormir sur Paris..." sans même me poser la question de savoir où je dors et chez qui?
 
Les larmes me montent aux yeux à la simple évocation de ce jour qui n'existe pas encore. On n'est loin d'être un couple parfait, nous avons un comportement atypique, souvent on se dit que notre maison faite de guingois, nous ressemble. Beaucoup ont pensé qu'on se séparerait, voir qu'on ne s'aimait plus.... Mais combien de couple criant leur amour devant tout le monde se sont séparés. Derrière notre pudeur, et nos disputes, se cachent surtout beaucoup d'amour et de confiance en l'autre. Oh oui mon amour.... Je ne suis pas sure de trouver la force dans la vie si tu n'es pas là à m'accompagner, à accepter que je ne te jure pas fidélité, ni amour éternel, mais juste qu'on soit là à se dire qu'on "est bien, là". Je ne suis pas sure de retrouver la confiance en moi si plus personne n'est là pour me dire non pas "tu es belle" mais "depuis que je suis avec toi, j'aime les femmes rondes." et où, soudainement je comprends que tu m'aimes telle que je suis.
 
 
Je sais mon amour, que sans doute tu ne liras jamais cette lettre. C'est comique de savoir que je t'écris une lettre que tout le monde lira sauf toi. Mais voilà, c'est ce que j'aime chez toi, toute cette liberté que tu me laisses, dont j'ai besoin, sans même te poser la question. Et puis les lettres d'amour tu t'en fout, toi tu préfères que j'étende le linge avant de partir et que je sorte les vêtement d'Eloïse parce que tu "ne comprends rien dans l'organisation de ce placard"
 
Ne pars pas trop vite. Laisse moi encore toutes ces années de bonheurs à râler contre tes défauts, mais à rire, encore, encore et encore avec toi. 
 
 
Je ne vois pas pourquoi on ferait un travail de deuil. On ne se console pas de la mort de quelqu'un qu'on aime.

Michel Houellebecq

 

2 commentaires: